Alaïa + Lindbergh

 

Salut les bombes ! ❤
Il y a quelques semaines je me suis rendue à Paris pour un petit tour des expositions du moment. L’occasion pour moi de retourner à la Fondation Alaïa, devenu l’un de mes musées favoris.

L’exposition actuelle de la fondation Alaïa, située rue de la Verrerie dans la maison de feu le couturier Azzedine Alaïa, s’intitule « Azzedine Alaïa, Peter Lindbergh ». Elle est visible jusqu’au 18 janvier 2022.

L’expo met en lumière le lien fort entre le créateur et le photographe Peter Lindbergh. Sa direction a été assurée par Benjamin, fils du photographe, et Olivier Saillard, historien de la mode et ami d’Azzedine.

 

Une étroite collaboration

Le couturier : Azzedine Alaïa (1940? – 2017) est d’origine tunisienne. Après un passage chez Christian Dior, Guy Laroche et Thierry Mugler, il crée sa marque éponyme à la fin des années 70 et fidélise sa clientèle grâce à ses pièces sulfureuses sculptées au millimètre près.

Le photographe : Peter Lindbergh (1944 – 2019) est d’origine allemande. Il fait partie des plus grands photographes de mode, reconnaissable à ses portraits en noir et blanc, authentiques, sans artifices.

Les deux artistes se rencontrent en 1979 et ne se quitteront plus, formant un duo iconique à l’instar de Saint Laurent et Helmut Newton.

Si la collaboration a aussi bien marché entre les deux hommes malgré l’écart qui semble apparaître entre le naturel des photographies de Lindbergh et la sophistication des créations d’Alaïa, c’est qu’ils se retrouvent autour d’intérêts communs, comme l’amour du noir. Le photographe privilégie le noir et blanc pour révéler l’aura de ses modèles quand le couturier use beaucoup de la silhouette monochrome noire, la plus flatteuse des couleurs.

Ils participent conjointement à l’émergence des super models. Alaïa cherche des femmes au physique presque irréel pour supporter ses robes de plusieurs kilos, Lidbergh les immortalise. Dans l’exposition, les créations du créateur font face à leur photographie, où elles apparaissent souvent vêtant l’une de ces fameuses top models. Ces dernières s’appellent Linda Evangelista, Naomi Campbell, Tatjana Patitz, Helena Christensen, Stephanie Seymour…

 

La muse Tina

Si Naomi Campbell et consœurs occupent une place importante, c’est un autre nom qui a droit à une partie entière de l’exposition, située à l’étage : Tina Turner, dont la stature et la personnalité n’ont rien à envier des mannequins de l’époque. La chanteuse a formé avec Azzedine Alaïa et Peter Lindbergh un trio de choc. La plus belle preuve en est la fameuse photo prise de Tina escaladant la tour Eiffel.

La mini-robe ajourée qu’elle porte pour la photo est exposée aux cotés d’une autre tenue iconique taillée et portée pour la diva, une petite robe bustier faite de chaînes dorées. Un vrai travail d’orfèvre et de sculpteur, que l’on retrouve dans chaque pièce Alaïa.

Alaïa + Lindbergh, ces deux-là valaient bien une expo ! Encore une réussite pour la fondation Alaïa. Je vous invite à retrouver une ancienne exposition en suivant ce lien.

 

L’exposition « Azzedine Alaïa, Peter Lindbergh » est à visiter jusqu’au 18 janvier 2022, au 18 rue de la Verrerie à Paris. N’attendez pas si vous êtes de passage ! L’entrée est à 7€ en plein tarif (2€ pour les étudiant.e.s).

 

Comment trouvez-vous le travail d’Azzedine Alaïa ? Et celui de Peter Lindbergh ?
Quelles sont vos musées favoris ?

2 réflexions sur “Alaïa + Lindbergh

  1. Coucou,

    J’ai visité cette expo en Juin. J’ai adoré. Encore plus que celle de Chanel.

    Le lieu est envoutant et la présentation des photos avec les robes est vraiment génial. En revoyant tes photos les émotions remontent. J’ai été envoutée…

    Comment est-ce que Tina Turner est montée sur la tour Eiffel en talons ? Je me le demande encore…

    Pour la petite histoire, mes copines ont craqué, elles m’ont attendues dehors, assise devant la sculpture de Cesar.

    A+
    Lilie

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Lilie,

      Les expositions à la fondation Alaïa sont toujours très réussies. Les créations n’y sont pas pour rien ! A chaque fois je suis émerveillée par ces robes de déesses.

      Pour la photo sur la Tour Eiffel, j’imagine qu’il n’y avait pas autant de sécurité à l’époque de la photo. C’est en tout cas incroyablement audacieux et courageux ! J’avais lu une anecdote comme quoi le photographe avait proposé à Tina de monter pied nu mais elle y est allée directement en talons. Elle n’a pas froid aux yeux.

      A bientôt, la bise.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s