Azzedine Alaïa, le couturier sculpteur

 

Il y a un an, le 18 novembre 2017, l’un des derniers grands couturiers du siècle dernier s’éteignait. Azzedine Alaïa fut un virtuose de la couture, sa marque un symbole de glamour. Une petite rétrospective sur sa vie et son œuvre, au parcours atypique, s’imposait.

 

De la sculpture à la couture

Comme d’autres créateurs de mode, Azzedine se vouait à l’art. Son truc à lui, c’était la sculpture, qu’il étudie très jeune aux Beaux-Arts de Tunis, sa ville natale. Il deviendra effectivement sculpteur, mais plutôt que de la pierre ou du bronze, c’est dans l’étoffe qu’il fera s’épanouir son art. Il débute dans le vêtement en aidant sa sœur travaillant chez une couturière. Particulièrement doué, il confectionnera ensuite des modèles de robes inspirées de Christian Dior, entre autres, pour des femmes de la capitale tunisienne. Un braconnage de la mode française, avant d’être lui-même la source d’inspiration de la future génération.

C’est par les rencontres que le tout jeune Azzedine se retrouve à Paris en 1956. Il serait né en 1940 et aurait alors 16 ans, mais le créateur s’est amusé à laisser planer le mystère sur sa date de naissance. Il est engagé chez Dior en début de période Yves Saint Laurent, puis est renvoyé aussitôt, faute de papiers. Il rebondit chez Guy Laroche, où il apprend véritablement le métier de tailleur, puis avec Thierry Mugler. Sa première collection à titre personnelle est destinée à Charles Jourdan, mais celui-ci n’est pas convaincu, comme la plupart des acheteurs.

azzedinealaia-dresses-4

Cause de l’hésitation, Azzedine a déjà cultivé son style, et trouvé sa marque de fabrique : des pièces sulfureuses sculptées au millimètre près pour forger la ligne du corps. Ses créations jurent trop dans le paysage de la Haute Couture de l’époque, mais c’est de cette façon qu’il sera remarqué. Suffisamment habile, il parvient à se créer une clientèle fidèle et adepte de la nouveauté qu’il insuffle à la mode. Sa maison éponyme est créée à la fin des années 70.

 

Une maison avant tout

La maison de couture Azzedine Alaïa porte à merveille le nom de maison, car elle en est véritablement une. Le créateur entretient des rapports privilégiés avec ses clientes, qui sont des amies, voire même des « sœurs ». Très hospitalier – un trait de personnalité qu’il tient de sa grand-mère -, le créateur tunisien se retrouve à la tête d’un réseau « familial » et confidentiel.

azzedinealaia-dresses-3

Ses défilés se feront à son domicile, et hors calendrier. Un cadre intimiste qui se prête parfaitement à sa griffe, dont les pièces semblent intimement liées au corps féminin. D’ailleurs, il participe à l’émergence des supermodels en prenant sous son aile des mannequins aux corps athlétiques et élancés, se prêtant à merveille à ses créations hors du temps.

Il accueille Farida Khelfa, alors en fugue, devient une figure paternelle pour bon nombre d’entre elles, telles Naomi Campbell (qu’il révéla), Tatjana Patitz et Linda Evangelista. Très complice avec les femmes qu’il habille, Azzedine se fonde une grande famille, qu’il invite régulièrement chez lui. Assister à un de ses défilés maison, c’est comme être invité à dîner son couscous, c’est un privilège. En somme, s’habiller en Alaïa pouvait être synonyme d’un lifestyle Alaïa. La vie privée du créateur se conjugue à sa vie professionnelle, avec une marque à la clientèle sélect, mais qui paradoxalement saura embrasser un succès mondial.

 

La signature affûtée de Alaïa

C’est son ami Thierry Mugler, designer phare des années 80, qui le poussera à se lancer définitivement. La silhouette Alaïa se démarque des autres, à une époque où les vêtements larges et le combo hanches étroites et épaules XL sont la tendance dominante. Lui propose en effet, telles des sculptures, des coupes qui épousent le corps et des matières ultra moulantes.

azzedinealaia-dresses-1

Le couturier perce dans le milieu de la mode essentiellement par le bouche-à-oreille. Pas de publicité, peu d’interviews, Azzedine Alaïa est un label de mystère, et le restera jusqu’au bout. Lorsqu’il s’affiche, ce sont ses robes qui font la une des magazines, ce qui lui vaudra le succès Outre-Manche et Outre-Atlantique. Associez à l’équation les supertops, vous obtenez une icône.

azzedinealaia-dresses-2

Sa signature, pour faire court, c’est un corps de femme sculptural. Dans les détails, c’est une stature de déesse grecque, ce sont des robes faites de bandes qui modèlent les courbes, des vêtements comme une seconde peau (parfois sauvage quand elle est en imprimé léopard), des bustiers et bodies sexy, des matières innovantes et des zips criards. Des chutes de reins.

 

Azzedine Alaïa est décédé d’une chute de rien cette fois-ci, à 77 ans (enfin, en est-on sûrs?). Ce qu’il laisse derrière lui, c’est un immense héritage à la mode ; supermodels, vêtements-sculptures, body-consciousness, audace, mode hors mode, défilés hors calendrier… et un paradoxe discrétion/starisation. Finalement, Alaïa faisait-il déjà, près de 50 ans plus tôt, ce qui se généralise à présent ?

 

Alaïa est incontestablement l’un de mes couturiers favoris, surtout depuis que je suis allée admirer cette année ses créations lors de l’exposition « Je suis couturier » à la Fondation Azzedine Alaïa. Je vous conseille de vous y rendre si vous êtes de passage à Paris, c’est fabuleux. Personnellement, j’en ai eu les larmes aux yeux. Et je n’exagère pas. ❤

Comment trouvez-vous le travail de ce couturier ?

 


Article que j’ai initialement publié sur Culture Couture, et que j’ai réédité pour mon blog.

Publié par

23 ans, étudiante en master Etudes Culturelles, passionnée par la mode et la diversité culturelle. Fashion kamikaze aguerrie et voyageuse rêveuse. ✨ Suivez-moi pour découvrir la mode sous un autre angle ! 👀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s