Ce qu’on doit à Sonia Rykiel

 

Deux ans en arrière, Sonia Rykiel s’éteint à 86 ans. Comme certains illustres créateurs de mode, elle détient son petit sobriquet : la reine du tricot. Si la génération actuelle ne connait sans doute de Rykiel que les rayures et le logo marqué de strass, la maison Sonia Rykiel a pourtant une histoire particulièrement intéressante, et qui mérite d’être racontée.

Sonia-Rykiel-2005

Petit tour d’horizon de ses plus belles réussites mode !

 

La maille des origines

Le pull-over est sans doute la pièce la plus iconique de Sonia Rykiel, c’est de lui que tout a commencé. C’est au début des années 60 qu’elle fait faire un pull court, ajusté et gris, tout bête, qui paraît trois fois trop petit pour être porté par une femme. Mais les sixties sont d’humeur à adopter le court (la création de la mini-jupe remonte à cette décennie), et c’est le succès immédiat.

sonia-rykiel-tricot

Elle avait créé ce petit pull pour le vendre dans la boutique Laura, appartenant à son mari. Des publications iconiques en une du magazine Elle permettront à la marque en devenir de se faire connaître. Tout le monde s’arrache ce pull, même l’actrice Audrey Hepburn, muse de Givenchy, qui fait l’acquisition du modèle dans toutes les couleurs disponibles lors d’un passage à Paris.

 

Détails vibrants

Autre emblème de la marque : les rayures colorées, qui s’opposent au noir très présent chez Sonia Rykiel. Un pull moulant à rayures colorées apparaît notamment sur Françoise Hardy en couverture de Elle en 1963. Ces lignes de couleur sont entrecoupées de lignes noires. Le noir chez Sonia Rykiel est toujours décoré, bourré de détails qui le rendent joyeux.

FASHION-SONIA RYKIEL 06

Ainsi des nœuds, des fleurs ou encore des volants ornent bien souvent les pièces de la marque. Des détails vibrants de féminité, qui s’ajoutent aux autres stars du vestiaire signature de la marque : les strass, la dentelle et la fourrure. Que ce soit noir ou coloré, le but est d’apporter une touche visuelle sensuelle.

 

Mode et démode

Outre la maille, le noir profond ou les rayures éclatantes, la touche Rykiel s’exprime dans des détails de confection : ourlets non faits, doublures inexistantes (y compris sous une robe entièrement transparente), coutures apparentes, vêtements retournés… autant de petits signes qui font punk sans en avoir l’air. Sonia brisait les règles pour s’approprier la mode à sa façon. On parlait alors de démode.

PARIS: MODE: SONIA RYKIEL - ANNEES 70

La démode, c’est aussi la recherche du confort tout en étant sensuel. Ainsi la femme Rykiel laisse tomber le soutien-gorge, assumant la forme de ses seins qui se dessinent sous une robe, et profitant du contact réconfortant de la maille sur sa peau. La démode, finalement c’est un lifestyle joyeux et engagé, hors du consumérisme de la mode. La créatrice mettait d’ailleurs un point d’honneur pour que ses vêtements survivent à l’épreuve du temps et des tendances.

 

L’esprit Rykiel : joie et liberté

Au fond, ce qui définit le mieux le style Sonia Rykiel ce n’est pas tant des pièces phares, mais bel et bien un état d’esprit. Sonia Rykiel, c’est l’incarnation d’une femme libre, affranchie des diktats, brillante d’intelligence comme d’élégance.

FASHION-RYKIEL-PARIS-READY TO WEAR-SPRING SUMMER 2006

À la façon des slogans de Mai 68 – année qui a vu la toute première boutique à son nom s’ouvrir -, des messages s’affichent sur pulls et autres tops. Des messages tantôt polissons (« French baiser », « le sexe… à Paris »), tantôt engagés (« Obama », « I have a dream »), qui permettent d’afficher une humeur, toujours positive et éprise d’un vent de liberté (« s’aimer », « elle aime… la vie »).

 

La marque souffle cette année ses 50 bougies. Sonia Rykiel est décédée le 25 août 2016, emportée par la maladie de Parkinson, laissant sa maison entre les mains de sa fille Nathalie. Depuis 2014 c’est Julie de Libran qui est à la tête de la direction artistique.

Final-défilé-Sonia-Rykiel-PE2008
Sonia Rykiel accompagnée de sa fille Nathalie pour clôturer le défilé Spring/Summer 2008.

On peut remercier cette femme, qui a sans aucun doute apporté sa pierre (ou son pavé) à l’émancipation féminine. ❤

 

Et vous, comment résonne le nom de Sonia Rykiel en vous ?

Publié par

23 ans, étudiante en master Etudes Culturelles, passionnée par la mode et la diversité culturelle. Fashion kamikaze aguerrie et voyageuse rêveuse. ✨ Suivez-moi pour découvrir la mode sous un autre angle ! 👀

Un commentaire sur « Ce qu’on doit à Sonia Rykiel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s