Ce qu’on doit à Hubert de Givenchy

 

Le couturier Hubert de Givenchy, l’un des derniers grands représentant de l’âge d’or de la Haute Couture, est décédé le 10 mars dernier. Ce grand homme (au sens figuratif comme littéral) a marqué l’histoire de la mode.

Hubert-de-Givenchy

 

Je vous propose de revoir certaines de ses créations les plus emblématiques, qui brillent par leur modernité encore intacte.

 

La blouse Bettina

Hubert de Givenchy a, dès sa première collection Haute Couture, créé une pièce au statut iconique. La blouse Bettina fut présentée le 2 février 1952 et baptisée en l’honneur de sa directrice des relations publiques Bettina Graziani. Cette dernière était l’une de ses muses et c’est elle qui ouvrit le défilé.

Hubert De Givenchy [Misc.]

Cette blouse blanche est ornée de volants à broderies anglaises sur les manches, possède des poignets de tailleur à deux lés et un col plat. En plus de son élégance, la blouse Bettina a aussi la particularité de pouvoir s’associer à diverses pièces : jupes, pantalons… Ainsi c’est une pièce moderne, qui s’adapte aux nouveaux rôles tenus par les femmes qui s’émancipent de plus en plus.

Iconique et intemporelle ! D’ailleurs, vous avez sans doute remarqué que les volants sont ultra tendances en ce moment. La blouse Bettina ferait des ravages aujourd’hui.

 

La robe-sac

Cette robe est imaginée par le couturier en 1957 et deviendra l’une des robes marquant la mode du siècle dernier. La raison ? Sa rupture avec le style des 50’s.

sackdress-givenchy

Si elle dévoile les mollets et les chevilles, elle n’épouse pas le corps. Sa forme plus ample fait son avant-gardisme, alors que la mode de l’époque est plutôt aux vêtements structurés et taillés. Le couturier est acclamé pour son audace.

La robe-sac contribua à libérer le corps des femmes, qui osent alors un peu plus porter des vêtements plus courts en journée. Cette nouvelle silhouette n’est pas sans rappeler le style des 60’s, qu’elle a sans doute influencé.

 

Des tailleurs BCBG

De la First Lady Jackie Kennedy à la duchesse de Windsor, Hubert de Givenchy aura également su habiller les dames des très hautes sphères. On lui doit notamment une grande partie de la garde-robe mythique de Jackie Kennedy.

En 1961, il habille Jacqueline Kennedy lors de la première visite officielle du couple présidentiel en France. Il créa pour elle ses fameux chapeaux, mais aussi des tailleurs à gros boutons, et des robes impeccables. Givenchy symbolise l’élégance à la française, et assure aux femmes politiques une stature sur-mesure.

Il confectionna aussi les tenues de deuil de la First Lady et de la Duchesse de Windsor, qui porta un manteau en crêpe de laine, ceinturé et porté comme une robe, avec un voile noir. Des images devenues iconiques, et qui alimentent encore les fantasmes.

 

Ses (petites) robes noires

On prête la création de la petite robe noire à Coco Chanel, mais les petites robes noires de Givenchy sont parvenues au moins au même degré de culte. Si elles ont autant marqué les esprits et l’iconographie populaire, c’est sans doute parce qu’elles ne sont pas si petites que ça…

Sculpturale, élégante, sublime, brillante, sensuelle, autant d’adjectifs pour qualifier la robe fourreau noire qu’il a dessiné pour son amie et muse Audrey Hepburn pour son film Breakfast at Tiffany’s. Il a signé de nombreuses silhouettes de l’actrice américaine, à l’écran comme à la ville, et dans ce dressing de rêve on compte bon nombre de petites robes noires.

Hubert de Givenchy s’adaptait aux femmes pour toutes les contenter et les sublimer. Ainsi il a également habillé le top model Jerry Hall en 1976. Pour coller à sa silhouette de liane, une petite robe noire longue et épousant le corps comme celle d’Audrey, mais dans ce cas arborant des échancrures extrêmes le long de la jambe (jusqu’à l’aisselle en fait) et du bras. Des fentes qui se parent de liens dorés, dans un style bling-bling subtil. Une création qu’on pourrait croire l’oeuvre d’un certain Gianni Versace dans les années 90, d’un Anthony Vaccarello contemporain, ou d’un de ses derniers successeurs, Riccardo Tisci.

 

L’influence de Hubert de Givenchy est toujours d’actualité. La mode 2018 en est encore fortement imprégnée. Enfin, il est l’auteur de bien d’autres pièces iconiques, ma sélection personnelle est loin d’être exhaustive !

Et vous, quand vous entendez parler de Givenchy, à quoi pensez-vous ?
Quelle est votre pièce préférée ?

 

Si vous désirez en savoir un peu plus, vous pouvez également lire mon article hommage publié sur Culture Couture ! 😉

Publié par

23 ans, étudiante en master Etudes Culturelles, passionnée par la mode et la diversité culturelle. Fashion kamikaze aguerrie et voyageuse rêveuse. ✨ Suivez-moi pour découvrir la mode sous un autre angle ! 👀

4 commentaires sur « Ce qu’on doit à Hubert de Givenchy »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s