La nudité en public, ou comment j’ai survécu à un choc culturel en situation extrême

 

Non, cet article ne parle pas de ma passion dévorante pour l’exhibitionnisme (à ne pas prendre au premier degré). J’y aborde quelque chose qui ne se fait pas vraiment en France et qui peut être vécu comme un choc culturel pour nous autres français qui nous rendons en Corée du Sud (dans d’autres pays aussi d’ailleurs, comme le Japon ou même la Finlande).

Cela faisait d2ux, voire troi3 ans que j’en rêvais, je l’ai fait le mois dernier, je suis allée dans un jjimjilbang (찜질방). Un jjimji quoi ?

Quésaco ?

Ce mot rigolo désigne en coréen les bains publics que l’on trouve là-bas.

boys-over-flowers-leeminho-sauna
La serviette sur la tête, accessoire indispensable des coréens au jjimjilbang (ici image tirée du drama coréen Boys Over Flowers).

La péninsule coréenne comprend de nombreux points de sources chaudes, les coréens ont donc eu la naturelle bonne idée de s’en servir pour créer des thermes. Aller au jjimjilbang est quelque chose que beaucoup de coréens font régulièrement, c’est très typique du style de vie coréen.

Différences notables avec le spa français

C’est en effet très différent des bains que l’on peut trouver chez nous, à commencer par le prix. Entre 4 et 7€ l’entrée en Corée du Sud, chez nous nous sommes plus habitués à des prix allant au-delà de 10€ si l’on veut y rester plusieurs heures.

Autre caractéristique importante, dans un jjimjilbang on paye l’entrée et on peut ensuite y rester la journée complète, voire même y passer la nuit pour dormir. Chose impossible en France à moins de dormir dans un hôtel avec spa inclus, ce qui revient à beaucoup plus onéreux qu’en Corée.

Plus onéreux et pourtant nos thermes comprennent beaucoup moins de services et de salles différentes que dans les spas coréens. Outre la salle des bains – l’une des plus importantes et des plus agréables, si ce n’est qu’il faille se dévêtir totalement, mais nous y reviendrons -, il y a plusieurs salles chaudes différentes.

Par exemples le sogeumbang (소금방), la salle du sel qui serait bonne pour le métabolisme, le hwangtobang (황토방), la salle de terre jaune qui sent bon la forêt et qui soulagerait certaines douleurs, le chamsootbang (참숯방), la salle du charbon de bois de chêne qui fortifierait le corps et épurerait le sang, le jasujeongbang (자수정), la salle de l’améthyste qui serait bénéfique contre l’insomnie, et le bulgama (불가마) qui est la pièce la plus chaude, oscillant entre 80 et 90 °C. Il y a également une salle froide, voire polaire, le eoleumbang (얼음방), où la température est à -6 °C.

Ça ne s’arrête pas là, on peut trouver aussi des salles de jeux dans les jjimjilbang, avec mini salle de cinéma ou ordinateurs à disposition, des endroits où l’on peut se restaurer à prix très abordables, des fauteuils masseurs, et l’incontournable grande pièce où l’on peut s’allonger sur un sol chauffé pour y faire soit une sieste, soit sa nuitée.

Mon expérience

Pour ma première expérience je suis allée dans un grand établissement, le Dragon Hill Spa, qui est très adapté pour les touristes et donc très prisé par ceux-ci. Malgré cela, ce jjimjilbang respecte l’ordre de prix habituel (ils se rattrapent sur les restaurants et prestations de soins), et j’ai eu la chance d’y être allée en saison creuse, il y avait donc plus de coréens que d’étrangers (et accessoirement, la piscine n’était pas blindée).

Korean-Sauna-Style-EggsJ’ai aussi eu la chance d’être accompagnée par un ami coréen, qui pouvait alors me guider et faire en sorte que l’expérience soit réussie et au plus près de la « tradition » coréenne. En effet, dans les jjimjilbang il se passe des choses assez inédites pour nous, en plus du fait que l’on puisse s’allonger sur le sol pour piquer un somme.

Nous avons par exemple pris une petite collation typique des thermes coréens ; une boisson traditionnelle faite à base de riz, le sikhye (식혜), et des œufs durs qui ont été préparés tranquillement sous la chaleur des saunas (맥반석 계란).

Les bains, la partie « délicate »

L’expérience a donc été pour moi quelque chose de totalement inédit, mais aussi une sorte de choc culturel pour ce qui concerne la partie des bains. Malgré le fait d’avoir été parfaitement au courant de comment ça se passait, j’avoue que me retrouver nue au milieu d’autres femmes nues a été quelque chose d’assez marquant. Mais de manière inattendu je n’ai éprouvé qu’une gêne passagère.

N’écoutez en effet pas le titre de cet article que j’ai souhaité accrocheur, voire racoleur (ça et le fait que je commence l’article en parlant d’exhibitionnisme), le choc a été pour moi tout sauf brutal et traumatisant.

Avant de pouvoir profiter des pièces chaudes et froides, qui sont accessibles à tous, il faut d’abord passer par la douche et les bains qui ne sont pas mixtes. Si les femmes sont séparées des hommes, c’est pour une bonne raison, le bain se prend ici comme à la maison, tout nu.

Après m’être séparée de mon ami, je me suis donc rendue seule dans les locaux féminins, et c’est là que j’ai vécu le moment le plus gênant de l’expérience ; le moment où vous êtes le seul à être encore habillé. A peine sortie de l’ascenseur je me retrouve en effet dans un large espace où déambulent des femmes et filles de tout âge, sans aucun bout de tissu pour se couvrir, tandis que je suis encore en jean et T-shirt.

La première étape est de filer aux casiers afin de se déshabiller (devant tout le monde) et d’y mettre ses affaires. Le spa fournit deux serviettes qui ont la taille, sans exagérer, de mouchoirs de poche. Les coréens en gardent généralement une sur la tête (voir la vidéo pour apprendre à la nouer à la manière « tête de mouton », que les coréens adorent) tandis que les pudiques et/ou occidentales essayeront désespérément d’en nouer une autour de la taille pour cacher ses parties les plus intimes – chose impossible quand on a un fessier digne des Kardashian (même à l’état fœtal). C’est donc avec une serviette que je maintiens à l’aide d’une main que je me rends vers les bains et douches.

Je me retrouve alors dans une pièce spacieuse à la lumière tamisée où l’on retrouve divers bassins d’où émane un brouillard relaxant. Après m’être débarrassée de ma serviette et lavée à la douche dans mon plus simple appareil, c’est l’un de mes moments préférés, celui de se relaxer dans des bains à hautes ou basses températures. Sans surprise je préfère les premiers, qui donnent l’impression de faire peau neuve.

Nudité bienfaitrice

Bien loin du voyeurisme et de l’exhibitionnisme, la nudité ici est naturelle et sans aucune ambiguïté. En tant que française j’avais une sorte de crainte d’être vue et regardée, comme si exposer ma nudité c’était me mettre en danger, mais ce sentiment est en fait très vite passé et personnellement je me suis sentie rapidement en parfaite confiance.

Il faut dire que personne ne s’amuse ici à mater, on ne se sent absolument pas observé (et heureusement j’ai envie de dire). Le jugement a aussi quitté les lieux, et c’est incroyable ce ressenti d’être plus proche des gens même sans leur parler, cette impression d’être acceptée pleinement, alors qu’à l’extérieur, avec ses vêtements sur son dos, ce ne serait pas toujours le cas.

Une autre sensation que j’ai ressentie dans la partie des bains, celle de se retrouver avec son propre corps. Le rapport au corps est ici complètement décomplexé, et si l’on se laisse aller à ce relâchement ambiant c’est comme si on réapprenait à se connaître, on se réapproprie son enveloppe charnelle.

Le passage aux saunas

Après la nudité totale en contact avec l’eau, c’est le moment de retourner à la mixité et de s’essayer au sauna. Pour se faire on revête alors une sorte de pyjama, fourni là encore par le spa, qui est aussi confortable qu’anti-chic. Niveau style, ce n’est pas trop ça, mais comme il est destiné à être porté sur son corps suant, on ne fait pas trop les difficiles.

C’est donc en pyjama de coton au lieu d’un bikini que j’ai eu l’occasion de tester tous les saunas, ainsi que la pièce glaciale où je n’ai pas pu rester plus d’une minute. Là encore règne une bonne ambiance chaleureuse et relaxante, faisant de ma première fois dans un jjimjilbang une réussite totale (j’ai même failli m’endormir sur le sol d’un sauna, c’est vous dire l’apaisement).

katemoss-nude-sea

Mon bilan

Si mon expérience personnelle du jjimjilbang s’est très bien passée au point de me laisser convaincre à suivre le style coréen à la lettre, j’ai cependant croisé quelques groupes de jeunes femmes occidentales qui préféraient profiter des bains en bikini, preuve que le choc culturel peut être plus dérangeant, voire « violent », pour certaines personnes. Toutefois le respect est toujours là, les occidentales ne reluquent pas les autres femmes qui sont nues et inversement, dans une ambiance zen que j’ai rarement vécu ailleurs.

Et je crois que c’est en ça que l’expérience fut à ce point bienfaitrice, l’impression qu’en ce lieu tout le monde était apaisé et en harmonie.

Activité à refaire, donc, et à recommander !

Et vous, oseriez-vous tenter l’expérience à fond ?



Adresse du Dragon Hill Spa :
40-713 Hangangno 3(sam)-ga
Yongsan-gu, Seoul
-> ligne de métro 1, station Yongsan

Publié par

23 ans, étudiante en master Etudes Culturelles, passionnée par la mode et la diversité culturelle. Fashion kamikaze aguerrie et voyageuse rêveuse. ✨ Suivez-moi pour découvrir la mode sous un autre angle ! 👀

4 commentaires sur « La nudité en public, ou comment j’ai survécu à un choc culturel en situation extrême »

  1. Merci pour le partage de cette expérience. Je ne connaissais pas du tout et cela m’a un peu surprise au départ, enfin surtout pour la nudité. Mais je peux comprendre que ce soit une chose normale chez eux 🙂 Mes cousins viennent de Finlande et ils me semblent que là-bas ils prennent des bains nus en famille juste après une séance de sauna. C’est spécial et étonnant, mais c’est leur culture et il faut respecter ça 🙂
    Bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! 🙂
      Ce fut un réel choc mais je pense que c’est important de réussir à s’adapter aux différentes cultures comme tu le dis. J’ai entendu parler des bains en Finlande, c’est marrant comme deux pays très éloignés peuvent avoir des « traditions » semblables. Le bain quelque part c’est un rituel, mais il est individualisé chez nous.
      Merci pour ton petit passage ! Bisous et à bientôt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s