Chanel en croisière à Cuba

 

C’est intéressant d’écrire un blog, je me rends compte que certaines choses me font plus d’effets que je le pensais, et résonnent comme des obsessions. Jamais deux sans trois, comme on dit ! Voici donc mon troisième article dédié à… une collection Chanel !

Je dois nourrir une passion cachée pour la griffe dont la direction artistique est tenue par Karl Lagerfeld, car chacune de ses nouvelles collections semblent me donner matière à écrire alors même que je ne suis pas la plus grande adepte des fringues Chanel (pour ça faudrait d’abord avoir le budget qui suit). En même temps, Karl est un peu à la mode ce que Picasso est à l’art.

Après avoir introduit mon blog en parlant de sa collection croisière 2016 inspirée de la Corée (Karl m’a cherchée là-dessus) et un article sur sa collection très rital pour les Métiers d’Arts, je récidive avec la collection croisière 2017, pour laquelle on se dirige à présent sur le continent Américain, honorant Cuba.

Chanel à Cuba, un événement

Le défilé a eu lieu à La Havane, capitale cubaine, ce 3 mai dernier sur la grande avenue Paseo del Prado. C’est la première fois que Chanel présente une collection sur le versant latin de l’Amérique, et la première fois que Cuba accueille de son côté le défilé d’une grande maison de mode. Un événement !

Il faut rappeler en effet le contexte politique et économique de l’île, qui sort petit à petit de son embargo imposé par les Etats-Unis depuis 1962. Cuba est en train de vivre une espèce de chute du Mur de Berlin 2.0 (enfin, une chute en mode slow motion quoi). Ces derniers mois à Cuba ont vu la visite historique du Président des Etats-Unis, Barack Obama, en mars dernier, celle en septembre 2015 du pape François qui est seulement le troisième pape à y séjourner, ainsi qu’un concert gratuit (!) des Rolling Stones qui a fait événement.

Le défilé croisière Chanel arrive donc pile au bon moment pour parfaire cette série d’événements importants sur la très joliment nommée Perle des Caraïbes ! Toujours dans l’air du temps, ce Karl, et ce d’autant plus que les croisières entre les Etats-Unis et Cuba viennent tout juste d’être autorisées.

On devrait penser à réécrire Coco avec des K, tellement Karl Lagerfeld apporte de choses à cette maison couture. Ce défilé est une énième démonstration de son talent et de son génie (je ne le répéterai jamais assez).

 

 

Hommage aux couleurs locales

Le défilé ne s’est pas déroulé dans n’importe quel lieu de La Havane, on s’en doute. L’avenue Paseo del Prado se situe en effet entre deux quartiers très distincts, l’un habité par une partie de la population plutôt aisée quand l’autre est très populaire. Un choix audacieux qui n’est pourtant pas sans une consonance française, l’avenue a en effet été redessinée par un architecte et paysagiste français en 1928.

Comme si ça ne suffisait pas, des voitures ont été apprêtées pour les quelques 400 invités, heureux élus triés sur le volet. C’est donc par un bal de vieilles Chevrolet et autres Cadillac, toutes colorées et encore utilisées à Cuba, que le show commence.

On retrouve cette ambiance automobile sur les imprimés de certaines silhouettes, à marier avec du blanc, des sandales et un panama, le chapeau qui sonne latino. On remarque aussi un imprimé plantes tropicales qui évoque le climat des îles Caraïbes, moins bariolé que les voitures, ce qui est un comble.

Enfin, robes à sequins, froufrous et jupes à volants sont autant d’invitation à une danse cubaine comme la conga, la rumba et la salsa, que les mannequins du défilé dansent pour le final.

 

 

Allier le Che à la mode parisienne

Quand on pense Che Guevara, c’est surtout son fameux portrait avec son béret qui apparaît, c’est donc avec évidence que Karl revisite ce couvre-chef par ailleurs très parisien. On le retrouvait ici dans une version party girl avec sequins et pin’s, apportant une touche de cool à une tenue de soirée.

Mais le directeur artistique va plus loin, comme d’habitude, et c’est aussi la parka militaire du révolutionnaire que nous retrouvons sur quelques silhouettes de cette collection qui inspire à faire sa révolution. On la porte en twin-set avec un sac à main ton sur ton, et on l’accessoirise avec des broches, qu’on affiche à la façon de médailles et décorations.

 

 

¡ Viva la Revolución !

Karl semble prendre le parti de Cuba avec ses T-shirts « Coco Libre » à l’imprimé aux couleurs douces et pastel, comme patinées par le temps, et qui fleure bon les cocktails à la playa. Celui-ci est mixé à du tweed ultra luxe, bien entendu.

Le soutien au mouvement Free the Nipples et à la cause féminine est aussi, implicitement, de la partie, avec une veste portée sur peau nue (le buste habillé de perles tout de même), des chemises en voile transparent et quelques robes en crochet laissant voir un peu (beaucoup) au travers.

 

 

Les codes Chanel

Enfin, que serait une collection Chanel sans sa bonne dose de Chanel justement ? Les codes maison se marient à merveille à tous les styles, et cette collection est une nouvelle preuve de cette adaptabilité des classiques signés du double-C.

Le tweed, grand classique indissociable de Chanel (qui d’autre utilise le tweed d’ailleurs ?), se mixe à des tops de style baseball et des pantalons en jean, avec overdose d’accessoires (ceinture, béret, foulard, sac, broche, colliers). Les rangs de perle s’invitent quant à eux joyeusement sur un bikini tandis qu’on ose les ensembles, chers à la maison Chanel, avec un trio chemise-blouson-pantalon, un twin-set jupe et veste ou encore le sac assorti à une pièce de sa tenue.

Le chapeau, qu’on voit beaucoup chez Chanel (qui est liée au chapelier Maison Michel), se présente ici en béret girly ou en panama boyish. Et pour finir, on adopte aux pieds des chaussures plates ou à petits talons (on a le choix entre néo-derbies et claquettes de luxe), car chez Chanel on porte rarement des talons de 12. Une raison de plus d’aimer Karl.


Une collection très réussie, qui est un parfait mix n’ match entre la culture locale et le lifestyle couture de Chanel qu’inspirent ces looks qui ne sont finalement pas aussi classiques qu’ils en ont l’air.

Cuba va à ravir à la maison française, qui ajoute une perle de plus à son sautoir (pardonnez-moi, j’aime les jeux de mots pourris), une perle des Caraïbes (à nouveau désolée).



Crédit photos : Vogue Paris.

Publié par

23 ans, étudiante en master Etudes Culturelles, passionnée par la mode et la diversité culturelle. Fashion kamikaze aguerrie et voyageuse rêveuse. ✨ Suivez-moi pour découvrir la mode sous un autre angle ! 👀

4 commentaires sur « Chanel en croisière à Cuba »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s